Documents pour «Enfance»

Du sang dans nos portables

Patrick Forestier

37min23

Des enfants meurent dans les mines d'Afrique pour extraire un minerai très rare, le coltan, utilisé dans la fabrication des téléphones portables. En 2005 pourtant, l'ONU et la plupart des grandes firmes de téléphonie ont décrété un embargo sur le coltan en provenance d'Afrique, soupçonné d'alimenter des guerres civiles. Notre enquête démarre chez les seigneurs de la guerre qui exploitent ces mines au Congo ; elle se poursuit avec ceux qui transportent le précieux minerai à dos d'homme et le revendent à des intermédiaires pour 70 euros le kilo. Le coltan se négociera ensuite dix fois plus cher chez des négociants européens, avant d'être réexporté vers les usines chinoises qui fabriquent la moitié des téléphones portables occidentaux…

Les enfants des rues d'Afghanistan

De Paul Comiti

12min35

En Afghanistan des dizaines de milliers d'enfants vivent et travaillent dans la rue. Ils sont mendiants, colporteurs, vendeurs à la sauvette et ce sont souvent eux qui font vivre toute leur famille. A la merci des adultes, ils paient parfois très cher leur vulnérabilité. Certains même la paient de leur vie. A la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, une fillette de 9 ans a été assassinée par des douaniers pour quelques sacs de farine. Enquête sur les enfants perdus de la guerre d'Afghanistan.

Sans papiers ni crayon

De Marie Borelli

52min27

Aller à l'école? Fastoche! Mais qu'en est-il pour les enfants sans papiers, arrivés illégalement sur le territoire français? Sont-ils des écoliers comme les autres? Icham,Fatima et Lionel nous font partager leur vie à travers ce documentaire.  

Un soleil entre deux nuages

De Marquise Lepage

52min49

Documentaire sur des enfants souffrant de fibrose kystique et de leucémie. Avec des mots de leur âge, mais avec la philosophie de vieux sages, ils affrontent une réalité effrayante : ils luttent contre la maladie et pour la vie. La réalisatrice Marquise Lepage leur rend hommage.

Tardi en noir et blanc

De Pierre-André Sauvageot

50min14

Portrait de Jacques Tardi sur ses planches, à travers deux bandes dessinées en cours de réalisation : Le Petit bleu de la côte ouest, d’après un roman de Jean-Patrick Manchette, puis Le secret de l’étrangleur adapté d’un livre de Pierre Siniac

Du rite au soin : toilette et guérissage à Joal (Sénégal, décembre 1997)

29min25

À Joal, dans une petite concession très pauvre d'un quartier inondable habité par une veuve, deux de ses enfants et petits enfants, nous assistons à la toilette matinale et au petit déjeuner des neveux et nièce de Aliou, Henri Diouf, un jeune homme sérer, musicien, récupérateur à ses heures, collaborateur de l'anthropologue, fiancé-époux d'une jeune femme avec laquelle il ne réussit pas à avoir un enfant.Tandis que la maman des enfants prépare le petit déjeuner, la grand mère berce le nouveau né.  La caméra suit attentivement les comportements de la fillette de 2-3 ans, qui du fait de l'arrivée de son petit frère n'est plus le centre de l'attention générale et qui, peu souriante, pleurniche facilement (cf. chap. Toilette et petit déjeuner des neveux de Aliou Henri Diouf). La maman des enfants effectue la toilette complète du nouveau né, puis le masse au beurre de karité, plutôt maladroitement,  sous les regards attentifs de la grand mère et de ses deux autres enfants (cf. chap Toilette et massage du nouveau né).Après un entretien intime avec son épouse (cf chap. Déclaration d'amour d'A. H. Diouf à son épouse), A. H. Diouf se rend au domicile du tradipraticien sérer Guedj Diop "diminue"  qui le soigne depuis un moment pour un traumatisme du bras droit et aussi pour garantir sa chance, la réussite de ses projets, notamment la fécondité avec sa fiancée-épouse (cf. chap Arrivée chez Guedj Diop diminue, tradipraticien sérer)La consultation et les frais annexes sont réglés par le chercheur, notamment une bouteille d'alcool ingérée d'un trait  par le devin-guérisseur pour obtenir un état de conscience modifié  lui permettant de communiquer avec ses génies alliés, ses pangols, et à les amener à agir pour le bénéfice du client A. H. Diouf.Les différentes phases du traitement sont entrecoupées de récitations de paroles de G. Diop dans un langue secrète, d'exhibitions d'amulettes, de démonstration de son invulnérabilité aux coups de couteau (cf. chap Démonstration de blindage au couteau) , d'autoproclamations de ses pouvoirs et de son importance, et de son désir de les transmettre à son dernier né garçon, présent dans les bras de sa mère (cf. chap Dernière partie de la consultation). Leur caractère ostentatoire est renforcé par l'ivresse et la présence du chercheur et de sa caméra.L la thérapie d'A. H. Diouf comprend trois phases : des massages et récitations du bras droit traumatisé (cf. chap Début du traitement de A. H. Diouf par récitations et massage),  des massages et récitations sur la tête et le torse (cf. chap Poursuite des récitations et massages sur la tête et le torse d'A. H. D.), des ablutions complètes avec le contenant de certains canaris de l'enclos consacré aux pangols par G. Diop, attenant à sa maison (cf. chap Ablutions d'A. H. Diouf avec le contenant des canaris consacrés aux pangols, génies sérers).Acteurs, par ordre d'apparitionMageth Sène, le nouveau néDiuma Ning, la filletteAbdoulaye Ning, le garçonMadeleine Ndey Diouf, la maman des enfants et soeur d'Aliou Henri DioufNdella Sène, la grand mèreAliou Henri Diouf (A. H. Diouf), collaborateur de l'anthropologue, consultant du tradipraticienSokhna Lamé, sa fiancée-épouseGuedj Diop"diminue", tradipraticien sérerSon épouse et leur fils Djegan DiopCaméraAlain EpelboinMontage-et réalisationAlain Epelboin et Didier BocletAssistants de rechercheBabacar DioufAliou Henri Diouf