Documents pour «Religion»

Le grand Kahuna

De John Swanbeck

1h30min31

Deux vendeurs expérimentés de lubrifiant industriel organisent un colloque dans une chambre d'hôtel. Le but est de rencontrer et de séduire le client suprême, «le Grand Kahuna», pour l'empêcher de travailler avec la concurrence.
Ce rendez-vous est primordial pour donner un coup d'accélérateur à leurs carrières. Alors qu'ils veillent à paraître impeccables pour ne pas voir se briser leurs parcours professionnels, ces deux commerciaux se retrouvent obligés de faire confiance à un jeune représentant.
Mais celui-ci n'a pas la même vision de la vie, des affaires et du commerce. Leur objectif d'atteindre la vente suprême se complique sérieusement...

Au nom du Pape Roi In nome del Papa Re

De Luigi Magni

1h41min59

Rome, 1867. Déjà drastiquement réduit par l'unité italienne, le pouvoir temporel du pape est désormais contesté au sein même de la ville éternelle, où les patriotes libéraux sont de plus en plus actifs.

Juge au tribunal du Sacré Collège, Monseigneur Colombo songe à démissionner. Mais une vieille amie, la comtesse Flaminia fait appel à lui pour sauver la tête d'un jeune patriote arrêté après un attentat à la bombe contre une caserne de zouaves pontificaux.

Colombo s'efforce de sauver la situation, d'autant que la victoire libérale semble inéluctable et que le jeune conspirateur n'est pas étranger à un bref moment d'égarement qu'il a eu vingt ans plus tôt avec la comtesse...

Vierge sous serment Vergine giurata

Laura Bispuri

1h24min08

Hana a grandi dans un petit village reculé d’Albanie où le sort des femmes n’est guère enviable. Pour ne pas vivre sous tutelle masculine, elle choisit de se plier à une tradition ancestrale : elle fait le serment de rester vierge à jamais et de vivre comme un homme. Vierge sous serment suit la trajectoire d'une femme vers sa liberté, par-delà les écrasantes montagnes albanaises et jusqu'en Italie.

Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 Le « temple du Shaolin » : chants d'origine initiatique des femmes avec leurs enfants, 8 avril 2008, Manamana

Alain EPELBOIN

20min44

Chronique des Pygmées Babongo, avril - mai 2008 (Gabon)03 Le "temple du Shaolin" pour faire court en français : chants d'origine initiatique de femmes avec leurs enfants (20 mn 44)8 avril 2008, Manamana, Ogooué-Lolo, GabonSous titrage en françaisACTEURSLa commerçante de produits vivriers et son enfantJoseph, le politicienMandzola Monique, infirmièreNina, la danseuse de bwiti et ses enfantsHenok, dit "Poupon", fils de Jean Christophe Tenguiles voisinesLipoukou Joseph, le politicienJean Blaise Matzanga "Makunza"Alain EpelboinMONTAGEAlain Epelboin & Annie MarxCAMÉRA-SON : Alain EpelboinAUTEURS-RÉALISATEURS : Alain Epelboin & Jean Blaise Matzanga "Makunza"

Aux mains des hommes Tore tanzt

Katrin Gebbe

1h45min56

Le jeune Tore est à la recherche d’une nouvelle vie au sein d’un groupe religieux, des punks chrétiens
appelés les “Jesus Freaks”. 

Au hasard de leurs déplacements, il fait la connaissance de Benno, en l’aidant à redémarrer sa voiture d’une manière quasi miraculeuse. 

Il emménage dans son jardin, sous
une tente, et devient un membre de la famille. Mais Benno n’est pas l’être bon et généreux que Tore imaginait.

Les humiliations et la violence qu’il lui fait bientôt subir vont mettre à l’épreuve la foi de Tore. 

Jeanine

Jean-Marc TAIEB

14min14

Cynepsy, Jeanine, avec Jeanine Joffre et la participation des commerçants de Paris. Image : Jean-Marc Taieb Son : Nicole Le Piniec Musique : sonate en sol majeur, BWV 1001, J.S. Bach Réalisé par Serge Durand Raucher, Patricia Gineste Bretonniere, Guy Hanon, Nicole Le Piniec, Remi Seguin, Jean-Marc Taieb Avec le concours de Pierre tredez, Albert Santelli (L’Eclipse Paris), et le soutien de l’équipe de l’hopital de jour du XIè arrondissement de Paris, Service du Proesseur Lanteri-laura. Coproduit par Cinepsy, C.H.S. Esquirol (94) @ Dec 1990  A 17 ans elle entre en psychiatrie. Tout comme son frère qui y mettra fin par un suicide. A 40 ans elle passe en Hopital de Jour, et elle organise sa vie dans le quartier. A 53 ans elle semble avoir apprivoisé le quartier, pour y vivre simplement. Nous la suivons quelques instants. 

Tsigamania, être gitan et français

Anne-Marie CHELALA

12min08

A Pérenchies, 10 mn  de Lille vit une famille gitane, d’ origine hongroise, de 150 personnes, sans nation ni territoire les roms ont su conserver un mode de vie imprégné de valeurs et de coutumes de vie traditionnelles et singulières... Tradition qui ne freine pourtant en rien ni une volonté d’ouverture vers l’extérieur, ni une soif de reconnanssance de leur culture et de leur autonomie... Face à un environnement souvent désinformé et méfiant, les gitans de Pérenchies ont donc recours à diverses stratégies visant à la reconnaissance sociale et à l’intégration par le biais notament de la musique. Anne-Marie Chelala, Sasha Donaki, Linda Osusky. Merci à tous les gitans de Pérenchies

Du Bénin au Nigéria en suivant les usages des amulettes, Isakété (Bénin) février 2006

Mamadou LAWANI

44min35

Du Bénin au Nigéria, l'auteur, lui-même savant en sciences talismaniques islamiques, visite différents devins guérisseurs. Tandis que la caméra recherche et trouve les différentes amulettes disposés dans l'espace et sur les corps, l'auteur s'entretient  avec ses interlocuteurs. Travail réalisé dans le cadre du master MNHN "Anthropologie de l'objet" auteur, caméra, son et réalisation : Mamadou Lawani Alaji Sikirou : commerçant Alaja Mounirath Abèni : commerçante

Biljana la femme-guérisseuse, Budisava, Serbie

Maria VIVOD

38min47

Biljana la femme-guérisseuse, Budisava, Serbieun film de Maria Vivodfilm et montage : Maria Vivodassistance technique : SCAVtraduction francaise Vladimir Fisera et Maria Vivod musique choeur des moines de Chevetogne, Chants de la liturgie slavonne son Maria Vivod Ambre Muller & Astrid Marchioli SCAV, Université Marc Bloch de Strasbourg1ère partie tournage en 2000interview avec commentaire et traduction en français sur les activités de cette guérisseuse thérapie sur une vieille femme - feu - oreillethérapie plomb thérapie jeunes femmes par la mère de Biljana - courge calebasse massage graisse Le film a été enregistré en hiver 2000, en Serbie Monténégro actuelle, c’est à dire, ce qui reste de l’ancienne fédération yougoslave. Plus précisément, il s’agit de la province au nord de ce pays, dans la région de la Voïvodine, à 150 km au sud de la frontière hongroise.  Le village où j’ai filmé s’appelle Budisava, à 15km de la capitale de la Voïvodine, Novi Sad. Le tournage s’est fait en  février, soit presque un an après le commencement des bombardements de l’OTAN. Uniquement sur la ville de Novi Sad une quantité extraordinaire de 60 000 tonnes du matériel explosif sont tombés. C’est juste pour dessiner un croquis rapide de l’état d’esprit des gens qui étaient filmés pendant ces deux semaines… Le sujet de mon film est Biljana, une femme serbe qui a quitté son poste de secrétaire de l’école primaire de son village pour se consacrer, comme elle le dit, à son métier de « guérisseuse populaire ». Elle devient très connue dans la région : les gens en cherchant une aide à leurs problèmes et à leurs maladies viennent la voir de loin.  Biljana n’est pas l’unique guérisseuse : depuis le début des années 90, quand les guerres civiles ont éclatées l’une après l’autre, les guérisseurs, les herboristes, les rebouteux et les voyants ont ressurgi après 40 ans de joug communiste qui interdisait et réprimait toute pratique de médecine dite « alternative ». La publicité par la télévision ou la radio est un moyen que ces guérisseurs utilisent pour se faire connaître. Dans la société serbe contemporaine il est devenu acceptable, voir « normal » de s’adresser aux médecins populaires, plus souvent appelés « traditionnels ».  Biljana est rebouteuse et pratique des massages. Elle prêche également le retour à la foi orthodoxe serbe. Mais sa réputation vient surtout d’un procédé qu’on appelle en langue serbe « salivanje strave », « olomöntés » en hongrois, soit dans une traduction libre (littérale ?) « faire fondre la peur ». Dans les Balkans, et une partie de l’Europe Centrale, la fonte du plomb, presque toujours pratiquée par des femmes, est célèbre.  Elle permet notamment de guérir certains désordres psychiques et particulièrement la « maladie de la peur » : le « fras » en serbe ou « fràsz » en hongrois,  une entité nosographique populaire qui se manifeste – le plus souvent chez les enfants en bas âge, mais aussi chez les adultes –, par un état  d’anxiété aiguë et de nervosité, accompagné de cauchemars .  Mais les femmes qui fondent le plomb utilisent aussi cette technique pour établir un diagnostic et prédire l’état de santé des personnes venues consulter. Biljana par exemple fait fondre le plomb pour presque chaque patient dans un but diagnostique. La forme du plomb fondu lui permet ainsi de voir ce dont souffre le consultant, ses maladies chroniques ou encore celles du passé. Par exemple, des petites cavités régulières évoquent des kystes ovariens chez les femmes, une forme du cœur – des maladies cardiovasculaires- etc. Mais en répétant ce procédé  (trois) plusieurs fois, elle peut non seulement traiter la maladie diagnostiquée mais aussi prévoir l’état de santé futur de la personne . Le succès du traitement est attesté lorsqu’elle obtient l’éclatement du plomb brûlant plongé dans l’eau, qui s’exprime par un bruit caractéristique et par la forme explosée qu’acquiert le métal fondu lors de sa solidification brutale. Mais c’est principalement de la fonction divinatoire de cette méthode qu’il sera question dans le film présenté aujourd’hui, bien que cette dimension ne soit pas essentielle dans la pratique courante de Biljana. Elle affirme en effet qu’elle évite de dire aux patients ce qu’elle voit dans le plomb concernant l’avenir. Néanmoins, quelquefois, elle fait des exceptions et la forme du plomb permet alors de dévoiler des évènements futurs, les points faibles de l’individu, le développement probable de maladies, le délai dans lequel ces manifestations sont susceptibles de survenir. Mais pour parfaire ses prévisions, Biljana cherche à connaître le comportement religieux du consultant, en particulier le respect des principes et des règles prescrits et valorisés par l’église orthodoxe : le jeûne, les dimanches ou encore la façon dont la personne célèbre sa « slava », la fête du saint protecteur. L’énoncé divinatoire est alors toujours acompagnée de recommandations relatives à la foi et la pratique religieuse : un zèle de la foi à laquelle il appartient (uniquement pour les personnes chrétiennes !), le respect des tabous (ne pas laver ses cheveux et son linge les dimanches, fréquenter l’église, se confesser régulièrement). Sous réserve que ces prescriptions soient respectées, la probabilité de survenue des maladies prédites devient minime. Biljana peut également pratiquer la technique du plomb fondu en l’absence de la personne concernée. Elle utilise dans ce cas , comme nous allons le voir dans le film, un substitut nommé « zamena » - « échange » dans la langue serbe : un morceau de vêtement ou la photo de la personne absente. (M.V.)2ème partie tournage en 2005 Consultation d’une femme par une femme guérisseuse dans son cabinet de consultation.    Thérapie par incantation - Conjuration.  L’attention est portée à l’acte de l’incantation que Biljana appelle ‘prière’  Le plomb fondu est à la fois un objet divinatoire et thérapeutique 

Bad Lieutenant (VOST)

De Abel Ferrara

1h32min19

Un flic pourri et drogué accumule les dettes. Lorsqu'une nonne est violée par deux hommes dans une église, celle-ci place une récompense sur la tête des deux criminels. Le Lieutenant, voulant payer les dettes qui mettent en danger sa propre vie, décide de rechercher les criminels, tel un chasseur de primes. Sa descente au enfer ne verra plus de fin...

Les rites de l’enfance à La Réunion : Sévé mayé

Laurence POURCHEZ

14min30

La cérémonie dite des "cheveux maillés", présente à l’île de La Réunion dans la majeure partie de la population, permet d’observer comment, au travers des différentes versions d’un rite de la petite enfance, les réunionnais affirment, par la recherche puis le refus d’une mémoire ancestrale, une nouvelle identité créole. Cette pratique rituelle apparaît comme le support d’une gestion de l’ethnicité particulière qui tient compte des diverses origines des habitants de l’île par la manifestation possible d’ancêtres issus des différents groupes en présence. Mais au delà de ce "marquage ancestral ", la pluralité des communautés concernées exprime la mixité, l’interpénétration des différents groupes, et révèle un processus de créolisation qui reconnaît les données issues des différentes origines ethniques des réunionnais, les intègre et les "mixe" selon un modèle nouveau, original et syncrétique.

Cavadee, dix jours de cérémonies en l'honneur du dieu Mourouga dans l'hindouisme réunionnais

Laurence POURCHEZ

31min52

Les dix jours de cérémonies conduites en l’honneur du dieu Mourouga visent à protéger l’individu de la maladie et du malheur. Le cycle rituel s’achève par une procession durant laquelle les pénitents défilent sur plusieurs kilomètres, le corps transpercé d’aiguilles, tout en portant le cavadee, arche de bois pouvant peser plusieurs dizaines de kilos.