Documents pour «Religion»

Au coeur du Talibanistan

De Patrick Chauvel

25min27

C'est une des zones les plus dangereuses du monde.

Les Pakistanais l'appellent le Talibanistan, le pays des Talibans. Au nord-ouest du Pakistan, une région immense échappe au contrôle du gouvernement.

C'est dans ces montagnes qu'une partie des Talibans qui affrontent les Occidentaux en Afghanistan viennent se réfugier.

Ce reportage nous emmène au-delà des barrages de l'armée pakistanaise qui interdisent l'accès aux journalistes et aux étrangers.

La région est autogérée par des chefs de clans dans le culte des armes et de l'honneur, selon des codes digne du Moyen Age.

Thailande, l'ombre du paradis

De Patrick Chauvel

25min45

Loin de la carte postale, à quelques heures de route des plages de Phuket, la Thaïlande offre un tout autre visage : celui d'affrontements sanglants entre bouddhistes et musulmans.

Attentats presque quotidiens, notamment contre l'armée, villageois décapités la nuit, civils en armes, une guérilla islamiste tente d'imposer l'indépendance de la région par la terreur.

Plus de deux mille morts depuis janvier 2004, le sud de la Thaïlande est en proie à une guérilla meurtrière, tout près des principales zones touristiques du pays. Patrick Chauvel a sillonné cette région.

Reportage au cœur de la zone indépendantiste dans une ville, Pattani, désertée par les touristes, avec l'armée et la police thaïlandaise en patrouille et aux côtés des civils pris désormais au piège de cette guerre larvée.

Le pélerinage d'une famille française à la Mecque

De Adile Farquane

31min04

Moncef, 47 ans est un Français d'origine tunisienne. Ce patron d'une petite entreprise est depuis peu un fervent pratiquant.

Il décide d'effectuer pour la première fois un pèlerinage à la Mecque, avec sa famille.

Nos équipes les ont suivi pas à pas dans ce voyage spirituel en Arabie saoudite.

Le chant des oiseaux El cant dels ocells

De Albert Serra Juanola

1h32min38

Les Rois Mages sont en route à la recherche du Sauveur. Ils traversent, un peu au hasard, des déserts de glace, puis de sable.

Ils vivent au gré des saisons, en harmonie avec la nature, se nourrissant simplement et dormant à la belle étoile.

Izkor, Les esclaves de la mémoire

De Eyal Sivan

1h37min12

"Izkor" signifie "souviens-toi" en hébreu, et c'est sur cet impératif dicté aux enfants d'Israël que s'interroge le film.

Au mois d'avril, en Israël, les fêtes et les commémorations se succèdent. Les enfants des écoles, du plus petit au plus grand, se préparent à rendre hommage au passé de leur pays. La mémoire collective devient alors un outil terriblement efficace pour la formation des jeunes esprits.

IZKOR, c'est la société israélienne comme on ne l'a jamais montrée, c'est trente jours de la vie d'un Etat vivant au rythme des pulsations de sa mémoire.

Ce film, primé dans de nombreux festivals internationaux, nous propose une analyse passionnante et sans complaisance des bases de l'Etat hébreu.

Et si Dieu jouait aux dés ?

De Henri Picard

51min46

Ce film raconte, au travers d'interviews, d'images d'archives et d'animation, l'émergence de la théorie du chaos.

Cette théorie qui aurait fait qu'Albert Einstein se serait exclamé : "Dieu ne peut pas jouer aux dés !" Pourquoi ne peut-on pas définir le temps qu'il fera à plus d'une semaine ?

Pourquoi ne peut-on pas déterminer le chemin d'une goutte d'eau échappée d'un fleuve ?

Alors que l'on peut situer des éclipses de soleil à la seconde près et cela plusieurs siècles à l'avance… La théorie du chaos serait une façon d'expliquer le hasard.

Ce documentaire montre les développements et les applications de cette théorie scientifique dans les domaines de la météorologie, du système solaire, des écosystèmes des populations animales…

Théorie de l’évolution et créationnisme - Jean Gayon

Jean GAYON

1h08min14

Une conférence de l'UTLS au lycéeLycée Lurçat (75013)Avec Jean Gayon (philosophe)

Autoritarisme politique et monde musulman - Nadine Picaudou

1h00min00

La formulation même du thème proposé : « Autoritarisme politique et monde musulman », m’interroge et me trouble à la fois. D’abord parce qu’en singularisant la notion d’autoritarisme politique, elle semble s’inscrire dans la postérité d’un lieu commun des représentations occidentales de l’Orient, le despotisme oriental, dont Lucette Valensi a montré ce qu’il devait à la République de Venise soucieuse de stigmatiser le rival ottoman. L’image a été reprise par Volney, l’un des pionniers du voyage en Orient, qui attribue la décadence historique de la Syrie à la tutelle despotique d’Istanbul. Mais la formule présente surtout l’inconvénient majeur de mettre en parallèle un concept politique et un qualificatif religieux, au risque de glisser d’une simple corrélation entre les deux notions à un lien causal d’explication. Ainsi lorsque Samuel Huntington observait en 1988 que sur 46 pays démocratiques dans le monde, 39 étaient chrétiens, il établissait de fait, après beaucoup d’autres, une corrélation simple entre culture politique et culture religieuse. Prétendues affinités entre christianisme et démocratie d’un côté, entre islam et régimes autoritaires du l’autre ? Les réflexions qui suivent ne se situent pas sur ce terrain là. Précisons d’emblée qu’elles se fondent sur le seul cas des sociétés arabes alors même que le monde de l’islam ne ses réduit pas on le sait au monde arabe. Après avoir posé le constat de la permanence de ce que j’appellerai globalement les autocraties arabes, je tenterai dans un deuxième temps de proposer quelques éléments d’intelligibilité du phénomène.

Islam et argent - Moncef Cheikh-Rouhou

1h22min00

Islams et argent par Moncef Cheikh-Rouhou La perception de l’argent en Islam comporte certains caractères particuliers. L’argent est considéré comme un outil de mesure de la valeur et non un actif en soi. En conséquence, la génération de l’argent, uniquement à partir de l’argent, n’est pas conforme. Est-ce de là à dire que l’intérêt et l’Islam sont contradictoires ? Pas nécessairement, car si un financement conforme à l’Islam doit satisfaire une condition particulière, par exemple que le financeur du cycle de production achète effectivement la matière première ou les produits semi-finis pour les vendre à l’industriel avec une marge, ceci est consigné dans un contrat impliquant les trois parties prenantes. La « triangulation » de l’opération de financement est censée non seulement garantir la destination du prêt mais aussi et surtout impliquer le prêteur dans l’évaluation de son client donc de sa prise de risque effective. La rémunération du financement comporte donc de la part du financeur, un élément d’effort ou un élément de prise de risque correctement évalué, ou les deux à la fois. De cette manière, la déconnection entre l’argent et la rémunération du financement est bien effective. Ceci veut-il dire que deux systèmes financiers risquent d’exister en se tournant le dos ? Non. Ce serait plutôt l’inverse qui a toutes les chances de se passer. Car rien n’empêche la comparaison du coût du financement obtenu par l’application de cette démarche au taux d’intérêt conventionnel. Le dialogue permettrait aux deux de gagner : l’un obtenant des renseignements sur les taux à partir du pouls macroéconomique, l’autre obtenant des renseignements plus fiables sur les risques de crédit au niveau de l’entreprise et du secteur. Les deux bénéficieraient d’un avantage supplémentaire car les risques de dérapage dû à la réorientation intempestive des prêts deviennent très limités. Ce début de collaboration a lieu justement sur le marché financier des « Sukuk » véritables obligations conformes aux règles de l’Islam. Une fois réalisée la traduction technique des conditions que doit satisfaire le mode opératoire, la gestion peut être réalisée par les plus compétents dans le « Risk Management » et non pas nécessairement pas les plus pieux. Le marketing basé uniquement sur l’appartenance à une croyance n’est pas acceptable et il peut même être néfaste par les catastrophes qu’une gestion incompétente pourrait causer. La Malaisie, Bahreïn et Dubaï ont développé au sein de leur banque centrale des systèmes de contrôle très efficients C’est ainsi que le boom que connait le marché de ces instruments dits islamiques (500 milliards de dollars à ce jour avec un taux de croissance de 20%) attire non seulement les 270 banques dites islamiques dans le monde, mais aussi et de plus en plus les grandes banques internationales telles que Citigroup et Deutsche Bank qui ont créé des départements entiers pour creuser leur niche dans ce marché. En tout état de cause, ces nouveaux développements doivent être traités comme des innovations financières ayant certainement leurs mérites et leurs risques propres, mais devant être soumis à une réglementation prudentielle aussi stricte que celle qui supervise le reste des marchés financiers.. Londres est la première place occidentale qui s‘est lancée depuis deux ans dans l’étude des mesures de contrôle, d’inspection, de règles prudentielles spécifiques et même de législation appropriée.

Islams Africains - Eloi Ficquet

Eloi FICQUET

1h26min00

Quand l’islam, dès les premiers temps de son expansion, franchit la mer Rouge, pour conquérir d’autres terres et porter ses préceptes hors d’Arabie, ce n’est pas l’Afrique en tant que vaste entité continentale, s’affirmant comme vierge de toute influence, qu’il rencontre. Depuis les rivages de l’océan Indien jusqu’à ceux de l’Atlantique, en passant par la vallée du Nil, ce sont des entités politiques régionales puissantes, communiquant depuis plusieurs siècles avec le monde gréco-romain, et où le christianisme a des implantations fortes. Riches de leurs ressources hydrauliques et agricoles, ces sociétés sont séparées par des bandes de désert contrôlées par des groupes nomades vivant du commerce interstitiel. Porté par le véhicule linguistique et culturel arabe, l’islam va instaurer de nouvelles communications et tendre à unifier ces territoires disjoints. C’est à travers l’islam que les contours de l’Afrique commencent à se dessiner et à être insérés dans les cadres de connaissance et de partage du monde. Tout en s’adaptant aux particularismes locaux, qui lui confèrent une grande variété de formes, cette religion conserve un socle de valeurs et de pratiques communes. Chacun de ses adeptes dispose d’un équipement moral lui permettant de (et l’incitant à) sortir des limites de sa localité pour circuler dans un espace ouvert dont il devient bâtisseur. Jusqu’à nos jours, cet espace musulman transfrontalier et transcontinental n’a cessé de s’élargir vers l’intérieur du continent : 45% des Africains seraient aujourd’hui de confession musulmane, représentant un quart des musulmans dans le monde. Bien établis sur toutes les franges du Sahara et sur les côtes orientales, leur influence diminue graduellement en Afrique forestière et en Afrique australe, n’excluant pas des implantations localisées, notamment urbaines, qui peuvent être très actives. Sur la longue durée, les acteurs musulmans de l’histoire africaine ont particulièrement contribué à faire évoluer les logiques internes de leurs sociétés en fonction des contraintes et des opportunités externes, pour le meilleur et pour le pire. Leur prise d’intérêt a été non négligeable dans mise en place de l’exploitation des ressources africaines, ainsi que dans le fonctionnement de certains commerces d’esclaves. L’islam a aussi été un facteur de rassemblement structurant des résistances contre la colonisation européenne. Aujourd’hui les circuits économiques, les relais d’information et les modèles politiques liés aux cultures religieuses musulmanes agissent par des déterminations multiples dans les choix faits par de nombreuses sociétés africaines face aux enjeux contemporains.

La charia et les transformations du droit dans le monde musulman - Jean-Philippe Bras

Jean-Philippe BRAS

1h18min00

Composante essentielle de l’Islam et de l’identité islamique, le droit musulman tire ses fondements du Coran et des hadiths rapportant les dits et actions du Prophète. Droit tributaire de la révélation, il s’appuie sur un corpus de textes de référence, et valorise la tradition (sunna du Prophète) dans les pratiques juridiques. Il en résulte une représentation statique, immuable et unifiée du droit musulman, autour de la notion de charia, un discours récurrent et « purificateur » du retour aux sources, que l’on retrouve dans une part de la rhétorique islamiste mais aussi dans une certaine vision occidentale de l’Islam. Cependant, de manière contrastée, le droit musulman a toujours été travaillé par des processus adaptatifs, dans l’espace et dans le temps. Ce sont ces processus que l’on analysera dans le cadre de cette conférence. Les écoles juridiques, dans lesquelles domine la figure du jurisconsulte, sont un premier exemple d’un pluralisme précoce, exprimant une certaine localisation du droit musulman, et une flexibilité remarquable, que l’on retrouve dans certains instruments juridiques spécifiques, comme les fondations pieuses. Il est également apte à exercer une fonction compensatoire, en produisant des règles là où les textes sacrés sont silencieux, notamment dans le champ du droit public. Cette capacité adaptative trouve encore à s’illustrer dans les débats sur les grandes réformes sociétales entreprises dans le monde musulman contemporain, même si le registre fixiste du droit est toujours très présent.

Regards européens sur l’Islam (19e – 20e siècle) - François Pouillon

François POUILLON

56min00

Il est possible de parler de regards européens sur l’islam comme du développement, en Occident, d’une curiosité, puis d’une connaissance articulée qui, progressant avec le temps, a conduit à une meilleure compréhension de civilisations lointaines - et, pensait-on un peu, à un rapprochement entre les peuples. La vigoureuse récusation lancée par Edward Saïd dans son Orentalism (1978), qui analyse cette connaissance comme un instrument de domination, dans le cadre d’un projet colonial, invite à une remise en question. Nous souhaitons le faire, sans suivre la thèse d’Ed. Saïd cependant, mais en montrant que les termes mêmes de la réflexion - l’opposition entre un observateur et un « objet » observé - ne vont pas de soi. À partir d’une large enquête conduite dans le cadre de l’élaboration d’un Dictionnaire historique et critique des orientalistes de langue française (pour paraître chez Karthala), nous voulons rétablir un peu la réalité des processus de connaissance (et de domination), et montrer qu’il y a une inextricable imbrication entre observateurs et observés. Les représentations ne se construisent pas de façon unilatérale, comme dans un rêve, mais dans une relation où des discours tenus, des images produites, des choses alternativement exhibées ou cachée, conduisent à l’affirmation d’une identité collective, à la construction d’un patrimoine, aux rapports réfléchis entre une tradition locale et une modernité mondialisée. Même s’ils se présentent sous la forme d’essences intemporelles, occultant les processus anthropologiques dont ils sont les produits transitoires (hier comme objet d’uns science irénique, aujourd’hui inscrits dans un « choc des civilisations »), les objets sociaux et leurs images sont des formations réactives et rétrospectives terriblement inscrits dans l’histoire, et la dénonciation de certains « regards européens » occupe désormais une part importante dans leur construction.