Cinéma

  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 335
  • 336
  • 337
  • 338
  • 339
  • 340
  • »

Des Banques pour les pauvres

De Virginia Crespeau

53min15

La pauvreté n'est pas une fatalité. Tour du monde des organisations de finances solidaires créées pour répondre aux initiatives locales de développement économique des plus pauvres. En Amérique latine, en Afrique, en Asie et en Europe, la pauvreté existe. Pour subvenir aux besoins les plus élémentaires des plus démunis, des associations œcuméniques locales ont privilégié au don le prêt bancaire car il est source de création d'emploi. Si les conditions d'emprunt, d'épargne, de remboursement et de réinvestissement varient d'un continent à l'autre, les financements solidaires sont toujours répartis sur la base d'un micro projet économique viable autour de l'artisanat, de l'agriculture et du commerce. Le film met particulièrement l'accent sur le rôle des femmes dans cette économie informelle. Regroupées en association, c'est le plus souvent collectivement qu'elles gèrent le crédit reçu.

Saint-Louis, ville d'Afrique

De Philippe Clevenot

48min43

Au cours d'une errance dans la cité Saint Louis, un comédien en tournée découvre ce qui reste de l'ancienne capitale de l'Afrique occidentale française. Plusieurs femmes de la ville lui racontent leurs propres souvenirs inspirés de la présence française en Afrique noire.

VHS Kahloucha

1h13min18

Nejib Belkadhi suit le tournage d'un film amateur qui est l'œuvre de Moncef Kahloucha, peintre en bâtiment tunisien et fan des films d’Alain Delon et de Clint Eastwood, qui produit en amateur et sort en VHS des remakes loufoques de classiques du cinéma dans lequel il joue le rôle principal aux côtés des habitants du quartier populaire de Kazmet à Sousse. Il produit ses films, de A à Z, et les tournages sont l'occasion pour les habitants désargentés de son quartier d'échapper à leur quotidien morose et de vivre des instants intenses, de la préparation jusqu'à la projection dans le café du coin. Tarzan des Arabes, film dont le tournage constitue la trame du documentaire, remporte un vif succès à Sousse.

Les réquisitions de Marseille

De Luc Joulé

53min31

« La réquisition faisait figure d’audacieux prélude, comme ces éclaireurs qui s’écartent du gros de la troupe » Raymond Aubrac Qui connaît l’aventure des 15 entreprises réquisitionnées de Marseille de 1944 à 1948 ? Ce n’est pourtant pas tous les jours que 15.000 ouvriers accèdent et participent à la gestion de leur entreprise et réalisent de surcroît d’importants bénéfices ! Dans le bouillonnement social et populaire de la Libération, ils ont inventé une forme de"gestion participative", un modèle démocratique de l’organisation du travail dans l’entreprise. Accompagnés par l’historien Robert Mencherini, les derniers acteurs de cette aventure, dont Raymond Aubrac à l’époque Commissaire régional de la République à Marseille, font revivre cet épisode inédit en revenant sur les lieux de leur travail. Le film questionne la mémoire de cette expérience sociale, née du programme du Conseil National de la Résistance préconisant l’instauration d’une « véritable démocratie économique et sociale » quirésonne encore singulièrement avec les débats contemporains sur la valeur du travail et la finalité de l’économie.

Managers, encore un effort

De Bernard Bloch

53min12

D'une manière générale, nous percevons la mondialisation comme un pouvoir financier qui se construit aux dépens des ressources humaines. Dans cette course effrénée pour gagner des parts de marché, les entreprises exigent des salariés qu'ils s'adaptent aux modes intensifs de production. De nombreux cadres s'aperçoivent alors qu'ils sont devenus des salariés vulnérables comme les autres. "Managers, encore un effort..." s'intéresse aux victimes et aux acteurs de cette guerre économique, dirigeants et cadres d'entreprise, sur les lieux mêmes de leurs formations ou de leurs recherches d'emploi pour interroger le sens de leur travail. Que penser de leurs conduites à la fois soumises, complices ou résistantes aux nouvelles formes d'organisation du travail ?

Pli selon pli

De Bernard Bloch

56min40

« La pulpe même du sensible, indéfinissable, n’est pas autre chose que l’union en lui du « dedans » et du « dehors » ; le contact en épaisseur de soi avec soi ». E. Levinas La vie et l’œuvre de Clérembault (1872-1934), psychiatre et photographe, que Jacques Lacan reconnaissait comme « son seul maître en psychiatrie ». Auteur de « La passion érotique des étoffes chez la femme », il réalise à Fès des milliers de photos de femmes marocaines entièrement enveloppées dans le haïk traditionnel. Il dispense aux Beaux-Arts un cours sur le drapé méditerranéen en s’inspirant des sculptures antiques du Louvre. Il se tire une balle dans la bouche devant son miroir dans son pavillon de Malakoff.

Le business des fleurs

De Jean-Michel Rodrigo

58min34

Le Var cultive à grande échelle l'Alstroméria, plus connue sous le nom de Lys de l'Inca, alors que l'Equateur inonde la planète de ses roses. La mondialisation bat son plein et la filière évolue au rythme d'une concurrence qui se joue plus dans la rapidité des échanges que dans la qualité des produits. Une rose coupée dans les Andes arrive à Rungis avec juste quelques heures de retard sur ses consoeurs françaises. Avion contre camion… Ce qui fait la différence, c'est la congélation. La course se poursuit sur la plupart des marchés qui fonctionnent désormais comme les Bourses de café ou de coton. Les grossistes sont de plus en plus pros et les petits maraîchers d'antan ont une nette tendance à jeter l'éponge.

Cuba, l’art de l’attente

De Eduardo Lamora

1h20min28

Trente ans après en être parti, Eduardo Lamora retourne à Central Guatemala, son village natal à Cuba, où le temps semble s'être arrêté depuis la fermeture de l'usine de sucre, l'ancien poumon économique local. Qu'est-il advenu de cette grande utopie de la société sans classes qu'était la Révolution, à l'heure où se profile la disparition de Fidel Castro ? État des lieux à travers le portrait d'une famille ; si les vieux, comme son père, chantent encore la gloire de 'Papa', les autres disent leurs difficultés, leurs frustrations, leurs désillusions, mais aussi leurs ruses pour grignoter quelques espaces de liberté.

Mémoires d’une famille cubaine

De Yan Vega

17min58

Un film conçu à partir de l’album de photos d’une famille cubaine, dont le destin se confond avec l’Histoire, de la Révolution à nos jours.

Quand Franco est mort, nous avions 30 ans

De Gustavo Cortès Bueno

53min19

Franco est mort le 20 novembre 1975, après quarante ans de dictature en Espagne. C'était il y a trente ans. Comment expliquer qu'en quarante ans de règne, Franco n'ait connu aucune contestation qui ait pu menacer son pouvoir ? Trente ans après la mort du Caudillo, que reste-t-il du franquisme dans l’Espagne actuelle ? La question est grave et elle suscite des polémiques, pour beaucoup il est encore trop tôt pour la poser… Signe que l’ombre du dictateur plane toujours sur l’Espagne contemporaine. Mais n'est-il pas temps de donner la parole aux témoins du franquisme pour ne pas laisser une part de l'histoire espagnole tomber dans l'oubli ? A travers ce film, le réalisateur revendique le droit de se réapproprier son passé, de questionner la mémoire collective, et surtout d’en débattre publiquement.

Les figuiers de Barbarie ont-ils une âme ?

Rachel Mizrahi

1h11min09

"Chaque fois que vous voyez un cactus, vous pouvez être sûr qu'il y avait un village". En Palestine, des Arabes qui ont fui leurs habitations après les guerres de 1948 et 1967 reviennent sur leurs terres et racontent les circonstances de leur départ, montrant leurs anciens lieux de vie. D'autres témoignent de leur acharnement à rester envers et contre tout, telle cette vieille femme qui explique pourquoi elle a refusé l'argent qui lui avait été proposé.

J’avais oublié

De Nicolas Ribowski

51min49

« Avec mon frère et ma sœur nous avons rejoint la maison des Eclaireurs Israélites de France à Moissac. Là-bas, on a sauvé ma vie et mon âme ». Durant la guerre, Shatta et Bouli ont dirigé une maison-refuge pour les enfants juifs de France. Ils ont constitué et organisé, pendant cette trouble et dangereuse période, un des réseaux les plus extraordinaires de sauvetage d’enfants. Dans un magnifique ouvrage intitulé « Morts ou Juifs », Catherine Lewertowski retrace cette fantastique aventure. Ce livre a été le déclencheur de mon envie de faire un film autour de la maison de Moissac et de mon enfance ; Catherine Lewertowski sera mon « guide historique » dans cette démarche. Ce documentaire retracera, à travers ma petite histoire, la grande Histoire de la maison de Moissac ainsi que le destin de Shatta et Bouli Simon. Ce film sera mon cheminement vers le passé, à la recherche de mes souvenirs et en reconstruction d’une certaine mémoire collective en l’hommage à Shatta et Bouli Simon.
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 335
  • 336
  • 337
  • 338
  • 339
  • 340
  • »