Cinéma

Planet A

Momoko Seto

07min40

Sel : trace, absence d’eau, passage du temps, épidémie envahissante, cimetière vivant. Eau : manœuvre, valeur absolue, fertilité, rhizomes, aléatoire. Cotons : corruption, enjeux économiques, hydrophilie, désertification. Le monde est devenu une vaste planète desséchée, où la culture du coton exercée à outrance pour des raisons économiques, est la cause principale de la désertification. Un désert salin recouvre des hectares de terrain asséché où apparaissent de curieux arbres de sel. Ce phénomène fait écho à une plus grande catastrophe écologique, la désertification de la mer d'Aral, et toujours l’homme comme responsable…

Brises

De Enrique Ramirez

12min45

Un homme marche sans s’arrêter dans la rue, traverse la route, s’engage dans un bâtiment imposant. La caméra le suit, le précède, l’accompagne. Un impressionnant plan séquence de 10 minutes qui nous mène au travers de la Maison du Gouvernement chilien, du sud vers le nord. En chemin, on croise des gardes, une femme dans un bassin rempli d’eau, des chiens errants. En surimpression, une voix-off égraine des bribes de souvenirs, de pensées, de sensations. C’est un choc, à la fois esthétique et émotionnel. Même sans identifier tous les symboles, on sent confusément le poids de l’Histoire qui pèse sur Brises. Ce film travaille principalement sur la mémoire d’un lieu qui fut le scénario du Coup d’État et du retour à la démocratie, ce lieu qui a été le berceau des tragédies et des joies de tout un peuple.

Ici c'est ailleurs

Lorena Zilleruelo

12min20

Ce film est le fruit d’une rencontre avec de jeunes immigrés, arrivés récemment en France. Ce travail nous fait voyager dans l’univers de chacun de ces adolescents, par des photos de leur intérieur, le récit de leur voyage, de leur expérience en France. Les images de ce film sont parfois construites comme des installations et nous plongent dans l’univers plus plasticien de cette artiste.

Les eaux

Kapwani Kiwanga

14min50

"Les Eaux" explore la société et son imaginaire à travers le monde sacré du Vodoun et des récits oraux du sud du Bénin.

Atlantiques

Mati Diop

15min34

À la nuit tombée, autour du feu, Serigne, jeune dakarois, raconte à ses deux amis son odyssée clandestine, récit épique de la traversée de l'Atlantique.

La quemadura

De René Ballesteros

1h05min24

La mère est partie du Chili vers le Venezuela depuis 26 ans, ses deux enfants ne l'ont plus revue. Elle leur manque ; elle a disparu dans le silence de leur père et celui de la grand-mère qui les a élevé. La seule trace physique qu'elle leur a laissé est une bibliothèque composée des livres de la maison d'édition « Quimantú », livres interdits pendant la dictature militaire chilienne. Les enfants ont grandi : le frère est cinéaste, la soeur est bibliologue. Ils vont essayer de comprendre, de récupérer, de réparer, de donner un corps à la voix téléphonique de leur mère pour en finir avec l'envoûtement du membre fantôme de la famille.

Cantor dust man

De Sebastien Loghman

06min27

Au contact d’une saveur qu’il a autrefois connue, un homme est emporté par le flot de sa pensée. Envahi par la pluralité de son être que ce souvenir révèle, il pénètre dans les profondeurs de sa mémoire, explorant les confins de son univers intérieur.   Site du film : http://cantordustman.com/

A center of the world

Oh Eun Lee

09min40

Ceci est l’histoire d’une jeune femme. Elle est en train d’aller à la gare pour prendre un train. On entend ses pas. On suit sa pensée. On suit son trajet : elle va reconquérir son amour disparu. On a déjà entendu ce genre d’histoire et on sait comment cela fini.

Coagulate

De Mihai Grecu

05min56

Ce film illustre les recherches de Mihai Grecu sur les univers en mutation et la perception modifiée. Cette fois-ci, les tensions se créent moyennant une substance qui devient la figure centrale: l'eau. Les personnages adjacents (l'homme et le poisson) représentent des sculptures vivantes, des repères pour un monde où la dimension spatiale prend des formes aberrantes.

Phone tapping

Hee Won Navi Lee

10min15

Le film se construit sur un moment de bascule imperceptible qui nous mène du jour vers la nuit, un instant fugace où ce qui a été n’est plus, où les choses peuvent revêtir une autre signification. Plusieurs voix-off se croisent via des téléphones portables. Elles parlent de fantômes et nous guident à travers la ville, tandis que la caméra semble en quête d’une parcelle de territoire, d’une concordance récit - image. La topographie du lieu se révèle au fil des images, formant en parallèle une seconde topographie, mentale cette fois, jusqu’à leur rencontre peut-être quelque part par là, dans un nouvel espace psychique. Une histoire intime se livre là dans la ville de Séoul : à nous de la suivre et de choisir son terrain d’interprétation : vérité, conte (urbain)…

Plastic and glass

Tessa Joosse

09min56

Dans une usine de recyclage dans le nord de la France, les ouvriers se rejoignent pour chanter en choeur, et même les camions les rejoignent et en font presque un ballet. Du fonctionnement des machines prodigieuses jusqu'au travail manuel de triage, le film montre le processus de recyclage et le bruit qui accompagne le travail devient une cadence. Le son de l'usine devient un rythme constant et un chauffeur de camion commence à chanter une chanson pour son amoureuse. Il veut bâtir une île avec les objets retrouvés, où ils pourront être ensemble.  

Temps mort

De Mohamed Bourouissa

18min05

Après un premier travail, constitué d'une série de photographies réalisées par un détenu, grâce à un téléphone portable introduit clandestinement en prison, Mohamed Bourouissa (né à Blida, Algérie en 1978) a poursuivi l'expérience en réalisant, sur le même procédé, un film qui correspond à un dialogue entre deux individus, l'un enfermé, l'autre en liberté. Tout le film se construit sur l'échange de textes (sms), d'images et de paroles.