Cinéma

Y'a pas de colin dans le poisson

Isabelle Taveneau

06min36

Il n'y a pas de Colin dans le poisson est un court métrage documentaire réalisés par Les yeux d'IZO. C'est une histoire qui parle de culture et de poissons. De cinéma, de théâtre, et d'enrichissement de l'esprit. De marchandises, de Colin, et du bien commun. C'est une fable qui défend la culture face à la culture du résultat.

Guido Magnone, la voie des sommets

De Jean-Michel Rodrigo

26min10

Guido aime employer ces mots pour évoquer l’épopée de cette poignée d’alpinistes qui a osé se lancer à l’assaut du ciel. Des fous comme lui – des citadins pur la plupart - qui en dix ans ont conquis les dix sommets de plus de huit mille mètres que compte la planète. Des Andes à l’Himalaya, une incroyable saga de glaces, de roches, de sourires et de pleurs. De sang et de morts aussi. À l’époque, on parlait de conquête du troisième pôle et les aventures de ces héros des sommets donnaient le vertige à la planète entière. C’était juste avant que l’homme ne marche sur la lune. Une marche d’approche en quelque sorte…

Le voyage de G. R. Cordingley

De Yves Legrain-Crist

25min46

Un canot de sauvetage dans la brume. Nous sommes à Terre-Neuve à la fin du XIXème siècle. Dans le canot, les survivants d’un naufrage. Parmi eux, un homme aux traits fins, différents des autres. L’homme est peintre. Il s’appelle Georges Ricard Cordingley. Quelques mois auparavant, cet homme à moitié mort de faim, et de froid, pitoyable, était la coqueluche de la cour d’Angleterre, peintre préféré de la reine Victoria. Comment en est-il arrivé là ?

Izkor, Les esclaves de la mémoire

De Eyal Sivan

1h37min12

"Izkor" signifie "souviens-toi" en hébreu, et c'est sur cet impératif dicté aux enfants d'Israël que s'interroge le film. Au mois d'avril, en Israël, les fêtes et les commémorations se succèdent. Les enfants des écoles, du plus petit au plus grand, se préparent à rendre hommage au passé de leur pays. La mémoire collective devient alors un outil terriblement efficace pour la formation des jeunes esprits. IZKOR, c'est la société israélienne comme on ne l'a jamais montrée, c'est trente jours de la vie d'un Etat vivant au rythme des pulsations de sa mémoire. Ce film, primé dans de nombreux festivals internationaux, nous propose une analyse passionnante et sans complaisance des bases de l'Etat hébreu.

Le developpement durable

De François Michel

29min06

Le Développement durable : une dimension de société simple dans ses principes mais parfois difficle à expliquer. Ce film, clair et structuré, permet de sensibiliser les élèves au Développement Durable en inventoriant les principaux thèmes référants : Introduction sur les problèmes écologiques et humains dans le monde actuel. Développement durable : Définition, domaines d'actions, principes à respecter. Energies et effet de serre : Evolution de l'effet de serre, énergies renouvelables, économies d'énergie... Transports : Recherche de nouvelles sources d'énergie, biocarburants, développement des divers modes de transports en commun... Protéger l'eau : Constats de pollution, protection des ressources en eau, entretien des cours d'eau... Recyclage : Enjeu des déchets. Protection des ressources en matières premières et recyclage... Acheter et consommer mieux : Produits recyclés, commerce équitable, différents labels... Solidarité : Locale et internationale, enjeu de développement durable... Enjeu de la biodiversité : Préservation la richesse biologique. Il est temps d'agir : A tous les niveaux : dans les villes et les entreprises... Dans les écoles, les collèges et les lycées... Le film est suivi de quelques brèves interviews de personnalités impliquées dans le développement durable.

Les autochromes

De Patrick Naslès

52min55

Chez les Lumière s'il est bien une invention considérée comme une révolution universelle, c'est l'autochrome. Alors que le cinéma n'apparaît que comme une sorte de tour de magicien sans grand lendemain, la photo couleur bouleverse le monde de l'image. Certains considèrent d'ailleurs l'entrée en couleur de la photo comme la mort de la peinture figurative. Ils n'ont pas tout à fait tort. 1903, date de naissance de l'autochrome, représente un tournant évident pour la plupart des maîtres du pinceau qui s'éloignent de la représentation de la réalité pour mieux fouiller les dédales de leur imaginaire intérieur. Le succès de l'autochrome est immédiat, époustouflant, universel. A tel point que s'ouvrent une usine de fabrication aux Etats-Unis, une autre en Ukraine. Des millions de plaques sont vendues et les professionnels de l'édition se laissent à leur tour séduire. En 1909, le financier-philosophe, Albert Khan, émet l'idée qu'il est urgent de photographier chaque recoin de la terre avec ce procédé. Au total, soixante douze mille clichés seront pris, qui constituent aujourd'hui des archives uniques…

Cà chauffe sur les Alpes

De Gilles Perret

52min44

Nous sommes le 8 janvier 2006 et après avoir connu l’automne le plus chaud des cinquante dernières années, nous sommes en train de connaître l’hiver le plus doux depuis un siècle. Comment ne pas penser au « réchauffement climatique ». Partout, il est question de ce phénomène. Plus question de parler politique sans évoquer le thermomètre. Impossible d’avancer la moindre idée sans qu’elle ne soit développée, durable… recyclable.

Les greniers de l'argent

De Jean-Michel Rodrigo

1h02min15

Lassés de se voir refoulés à l'entrée des banques, soucieux d'être plus indépendants de la puissante Compagnie malienne du Textile, des paysans producteurs de coton de la région de Koutiala ont eu l'idée de fonder leur propre caisse de solidarité mutuelle. Une sorte de grenier collectif où il serait bon d'engranger les billets, comme autrefois on le faisait avec le mil et le sorgho, pour affronter ensemble les moments de crise. À peine nées, les caisses d'épargne et de crédit ont été baptisées : Kafo-Jiginew. Ce qui en Bambara signifie, l'Union des greniers. L'histoire a commencé il y a dix ans… Ils sont aujourd'hui 230 000 sociétaires.

Les jardiniers de la rue des martyrs

De Leïla Habchi

1h20min50

Près de 40 ans après la fin de la guerre d’Algérie, dans un jardin ouvrier du Nord de la France à Tourcoing, Français et Algériens cultivent leur bout de terre. Ces hommes ont été les appelés, les militants du F.L.N ou les "harkis" d’une guerre coloniale menée par la République Française. Ce jardin est le lieu d’une mémoire multiple où se retrouvent des hommes qui auraient pu se rencontrer à la guerre ou à l’usine. C’est la culture d’un potager, activité universelle s’il en est, qui les rassemble ici. Contemporains à distance d’une histoire commune, parfois indifférents voir hostiles les uns aux autres pour des motifs culturels, sociaux ou politiques, ils travaillent côte à côte le même morceau de terrain. Ce film, composé des conversations entre ces jardiniers d'origines diverses et de courtes interviews, montre la réalité des rapports entre les protagonistes de la Guerre d'Algérie tant dans les années 60 qu'aujourd'hui.

Marcel Ophuls, Parole et Musique

De Bernard Bloch

53min56

Fils du cinéaste Max Ophuls, Marcel Ophuls est un cinéaste à la fois reconnu et méconnu. Dans sa maison de Lucq de Bearn, "au pied des montagnes qui lui ont sauvé la vie", Marcel Ophuls a accepté d’assister à la projection d’extraits choisis de quatre de ses films (Le Chagrin et la pitié, The Memory of justice, Hôtel Terminus, Veillées d’armes), et d’en discuter, en vue d’en tirer peut-être un "discours de sa méthode"... En interpellant à l’écran témoins ou protagonistes, le cinéaste ne cherche pas tant à leur faire évoquer des faits passés qu’à juger au présent des circonstances ou des actes commis alors. L’écran devient un espace public où se confrontent visions d’hier et d’aujourd’hui, jugements des spectateurs et des interviewés. Au lieu de simplement regarder passer les trains de l’Histoire, les films de Marcel Ophuls nous engagent à juger de nos comportements.

Le dur desir de durer

De Bernard Bloch

53min04

Allonger la vie jusqu'à frôler l'immortalité, voilà ce qui fait rêver les hommes. Ce passionnant documentaire plonge le téléspectateur dans les secrets de l'éternelle jeunesse et, au-delà, dans l'insondable complexité du vivant.

Les hermites

De Monika Mrozek

1h24min53

Un centre d’hébergement d’urgence dans la banlieue sud de Paris. Une douzaine d’hommes de tous horizons, solitaires, les rebuts de la société, vivent le temps d’un hiver dans une petite cité provisoire. Je les ai appelés « les Hermites ». Pas de folie romantique ou tragique. Juste cette impression de quelque chose de décalé, d’êtres qui marchent sur le fil du rasoir. Prêts à chaque instant à basculer. En observant leurs règles de vie, leur humanité, leurs conflits, on découvre un curieux reflet du monde extérieur : le nôtre. Le printemps revenu, chacun reprend sa route et disparaît dans sa solitude.